J’avais à cœur de faire un métier social

J’ai été chercheuse doctorante en glaciologie. J’ai également fait énormément de bénévolat et de tutorat pendant mes études, j’ai donc toujours été attirée par l’enseignement. Mon père est professeur et me l’avait déconseillé car il a vu trop de jeunes profs se lancer pour finalement tomber en burn out.J’ai également énormément voyagé, notamment en faisant du WWOOFing, (travailler dans des fermes bio en échange du gîte et du couvert).

A l’origine, j’ai fait des études de Bio ingénieur, orientation sciences et technologies de l’environnement, je suis très passionnée par la nature et l’environnement. J’ai ensuite fait un doctorat en glaciologie qui impliquait de prélever les carottes de glace en antarctique.

Morgane (2)

En tant que mère de famille, les cinq semaines de formation durant l’été ont été assez compliquées à organiser, mon petit garçon avait alors 8 mois.

Aujourd’hui, j’enseigne les math en fédération Wallonie-Bruxelles. Le niveau de mes élèves est très bas. Par exemple, le programme de 5ième reprend la géométrie dans l’espace et les fonctions du 1er degré, je me rend compte que ce sont des matières très difficiles à enseigner car les élèves n’ont aucune base, ils ne maitrisent pas les prérequis. Ils ont donc de grosses lacunes, et il y’a d’énormes différences de niveaux au sein des classes, même lorsqu’ils sont seulement huit en classe.

J’avais envie de faire Teach for Belgium car j’avais à cœur de faire un métier plus social et savoir pourquoi je me lève le matin. Avoir un impact social était très important pour moi. Je ne me voyais pas faire de la recherche toute ma vie. Selon moi, les jeunes sont l’avenir de la société. J’ai par ailleurs toujours adoré expliquer une matière.

Grâce au programme Teach et aux activités bénévoles que j’ai faites auparavant, j’ai appris beaucoup de compétences de négociation, et j’ai également pu développer l’intelligence collective. Les workshops qu’on expérimente chez Teach sont transversaux car ils sont applicables partout, même dans la vie privée. J’habite dans un habitat groupé et ce que j’apprends grâce au programme m’est très utile pour vivre en groupe.

Le programme offre beaucoup d’opportunités de projets, il nous boost à proposer des sorties, à faire venir des gens, je me sens soutenue pour faire des expériences et inspirée pour lancer des projets.

Le programme m’a aussi permis de voir le public auquel j’enseigne sous un autre angle, d’avoir une vision plus globale de ces jeunes et de leur contexte social.

Dans les 5 ans à venir, je me vois rester prof, et plus tard peut-être travailler dans le secteur associatif. J’envisage de construire une ferme pédagogique dans un habitat groupé avec des animaux et un potager.

Morgane, Doctorat en glaciologie, désormais professeur de mathématiques à Bruxelles

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s