NL/FR Poetry week (part 1)

Jour 1 / Dag 1 – Wat een ervaring ! (Marielle)

C’est le 2 septembre, je vais enfin rencontrer ma classe. Ma directrice me glisse un papier en main avec le nom de mes élèves. Je suis leur titulaire.

Pendant l’Académie d’été, nous avions été formés à être des coachs pour nos élèves, à les soutenir et les entrainer à développer un bien-être et une autonomie dans leurs apprentissages. Grace au Daily flow (un agenda pour élève), le coach était capable de suivre et d’encadrer l’évolution de ses élèves.

Me revoici dans la cafétéria! Tous les professeurs et les élèves de première année attendent le signal de la directrice pour enfin se rencontrer. « Les élèves de 1CA avec la titulaire madame TAGOP sont : … »

Mon cœur bat, je suis excitée et j’affiche mon plus beau sourire.

Je les accompagne dans la classe et dit : « Bienvenu au secondaire, bienvenu en 1CA ». Je me présente et je leur parle de mes deux casquettes Titulaire et Lerares Nederlands.

Ils sont timides, me regardent avec des grands yeux et voilà que ma question s’invite :

« Quelles sont vos attentes face à cette nouvelle année scolaire, à ce nouveau parcours en secondaire ? »

J’essaie de construire avec eux des formulations précises de leur attentes. Je demande « Pourquoi ? » « Ca veut dire quoi pour toi ? » « Donne un exemple… »  le but étant de créer des liens entre leurs attentes individuelles, celles du groupe et les miennes, une sorte de charte mais sans interdit, juste des souhaits.

Ainsi, quand Basma me dit “J’aimerais me faire des amis.”,  je demande s’il y en a d’autres qui ont le même souhait.

Quand Ayoub dit qu’il aimerait qu’on lui fasse confiance, je lui demande ce que ça signifie pour lui et je lui partage que pour moi la confiance se gagne dans les petites choses, et surtout lorsqu’il y a l’honnêteté.

Au fil de nos échanges, je construis sur notre tableau een ‘spinnenweb’ avec au centre les valeurs et tout autour les noms des élèves près des valeurs  qui les motivent à se sentir bien  dans la classe et dans l’école. Pour mes 16 élèves, nous avons 16 valeurs. Je leur fais alors comprendre que la direction et l’ensemble de leurs profs travailleront  à partir de ces valeurs, car elles rejoignent les valeurs de l’école Institut Dominique Pire.

La matinée s’achève bientôt et YES ! je sens les liens créés.

Quelques semaines plus tard (6 nov.) après un intéressant event « Meet Up with Alex » , j’ai le privilège de prendre le tram retour avec Madame BUIDIN Fiona, prof de néerlandais à l’Athénée Royal de Sippelberg et Alumni chez Teach. Elle  partage  si passionnément son expérience jusque-là. Je lui parle de ma classe et de nos valeurs et je lui fais comprendre que j’aimerais faire plus, apporter une touche ‘extra’ à mes cours de Néerlandais. Elle me donne des trucs , comme le complimentendag, le gedichtenweek, l’institution des ambassadeurs dans la classe, l’écriture des poèmes avec les valeurs de la classe par les élèves, etc. … Elle a tellement d’idées et je me sens nourrie au terme de notre échange.

C’est comme ça qu’on s’est lancées ensemble dans le projet de la semaine de la poésie.

Jour 2 / Dag 2 –  Poëzieweek, point de vue des étudiants (Ámer & Kawtar)

Vrijdag 7 maart 2020 hadden we het bezoek van Mattijs Deraedt in onze school.

Hij introduceerde zich, legde zijn achtergrond uit en reageerde op ons verslag van zijn poëzie. Omdat we in de klas een poster moesten maken die op de mooiste manier een van de gedichten van Mattijs Deraedt vertegenwoordigde en die aan de dichter voorstellen.

Dan kregen we een aantal vragen/antwoorden. Hij beantwoordde onze vragen zonder enig probleem en werd zelfs verrast door de kwaliteit van onze vragen.

Dit bezoek stelde ons in staat om een thema te ontdekken waar weinig mensen om geven. Het stelde ons ook in staat om iemand te ontdekken die we niet kenden en die genoeg wist.

Na dit bezoek kregen we van onze lerares de opdracht om een gedicht te maken in groepen van twee, waarbij de enige instructie was om twee woorden te gebruiken uit een lijst gemaakt door een klas van een andere school. Daarna gingen sommige studenten deze studenten bezoeken en beoordeelden de verschillende gedichten volgens verschillende criteria.

Verschillende prijzen werden toegekend waaronder ook de favorieten van Mattijs Deraedt en Gwyn Bouwman, dichter en schrijver die in Brussel woont.

En quoi consiste la semaine de la poésie, qu’a-t-elle d’aussi particulière qu’une semaine ordinaire?

Au cours de cette semaine, nous nous sommes consacrés autour d’activités et de travaux qui tournent uniquement autour de la poésie. C’est une semaine assez spéciale, car il est peu commun de consacrer une semaine à un art en particulier. De plus la poésie est un thème que l’on aborde assez peu durant l’année, je dirais même que c’est un art qui aide certaines personnes à s’exprimer ou se dévoiler plus facilement.

Qu’avons-nous fait durant cette semaine?

Au cours de cette semaine, notre professeure de néerlandais madame Buidin nous a annoncé que nous allions recevoir la visite du jeune poète Mattijs Deraedt. Afin de le recevoir dans les meilleures conditions, nous avons tout d’abord commencé par lire en petit groupe de 3 ou 4 des articles en néerlandais concernant le parcours professionnel et artistique du jeune poète. Ensuite nous avons lu certains de ses poèmes présélectionnés par madame Buidin. A la fin de chaque lecture notre professeure nous a demandé d’expliquer groupe par groupe ce que nous avions compris du texte afin que tout soit clair pour tout le monde. Nous avons aussi vu deux vidéos, une ou le poète récitait un de ses poèmes et une autre ou il parlait brièvement de ses passions, ses passe-temps, d’où il puisait son inspiration, …

C’est à travers tous cela que nous avons appris à mieux le connaitre.

Par la suite, nous avons eu l’instruction de confectionner des panneaux par groupe en classe. Ces panneaux devaient présenter une petite biographie du poète Mattijs Deraedt, quelques passages de l’un de ses poèmes ou tout le poème et une illustration en relation avec le poème que nous devions présenter.

Il fallait aussi que nous préparions quelques questions que nous allions poser au poète pour le jour de notre rencontre.

Personnellement, je trouve que ce travail est le parfait mélange entre la créativité, la collaboration et l’instruction, car chacun d’entre nous avait le choix de faire ce qui lui plaisait tout en travaillant, cela nous a permis de nous épanouir dans le milieu où nous sommes le plus compétent.

Par exemple : mon groupe se composait de Mathieu, Henriette et moi. Henriette est une personne très sociable, elle aime beaucoup apprendre à connaitre les gens et elle ne manque jamais d’inspiration alors, elle s’est occupée de la rédaction des questions que nous allions poser à Mattijs Deraedt.

Mathieu lui est très friand de lecture, c’est sa passion, c’est aussi un grand sensible dans l’âme, c’est pour cela qu’il s’est chargé de la lecture du texte et de la méticuleuse sélection des passages qui figureraient sur notre panneau.

Quant à moi, je ne manque pas de créativité et d’imagination, j’aime aussi beaucoup écrire, je me suis donc lancée dans la confection du panneau, j’ai fait le dessin qui représentait le poème, écrit les textes sélectionnés par Mathieu et la biographie de Mattijs Deraedt.

Nous avons eu le temps de finaliser le travail en classe et nous avons pu bénéficier de quelques conseils de madame Buidin pour les élèves qui le désiraient.

La rencontre avec Mattijs Deraedt:

Le vendredi 7 février 2020 notre classe a eu l’honneur de rencontrer le poète Mattijs Deraedt, malheureusement je n’ai pas pu être présente ce jour-là. J’ai donc posé quelques questions à mes amis et chers camarades de classe.

K: Ámer, qu’avez-vous faits lors de votre rencontre avec Mattijs Deraedt ?

A : Le poète s’est présenté en néerlandais, nous lui avons posé des questions et il a pris beaucoup de plaisir à y répondre. Ensuite, il a vu nos panneaux, certains l’ont touché, d’autres l’ont fait rire et il les a tous pris en photos, car il a trouvé le concept assez ludique. Chacun à notre tour, nous lui avons présenté nos panneaux et à chacune de nos présentations, il nous a donné quelques explications précises sur les différents poèmes dont nous lui avons parlé.

K: Ámer, as-tu apprécié cette rencontre avec ce jeune poète, y aurait-il quelque chose qui t’a peut-être déplu, si oui explique moi ?

A : Oui, j’ai apprécié la rencontre avec ce poète que je ne connaissais pas forcément, il était très sympathique et cela se voyait qu’il était très content de partager son expérience avec nous. Cependant, je trouve que l’on s’est un peu trop focalisé sur un même thème, j’aurais aimé que l’on parle d’un peu plus de chose, mais ce n’est que mon avis.

K: Othmane, si tu devais me dire en 3 mots comment tu as trouvé la rencontre avec Mattijs Deraedt quels serraient- ils ?

O : En trois mots seulement ! Bah, je dirais culturel, rapide et plaisant.

K: Othmane, veux-tu bien m’expliquer pourquoi tu as choisi ces mots ?

O : Mon premier mot est culturel, car je trouve que cette activité nous a tous appris des choses sur la poésie néerlandophone que nous ne savions pas forcément auparavant et cela nous pousse à effectuer nos propres recherches. Personnellement, cela ne m’a jamais intéressé car on ne m’en a jamais parlé, mais lorsque j’ai su que j’allais rencontrer Mattijs Deraedt, j’avais envie d’en savoir un peu plus sur les poètes néerlandophones et à travers mes recherches, j’ai découvert d’autres poètes tel que Charlotte Van den Broeck, Max Gregson, Jules Deelder, …

Le second mot était rapide car j’aurais aimé que cela dure un peu plus longtemps que cinquante minutes. J’aurais aimé qu’on prenne le temps de se présenter à lui et qu’on fasse une petite activité, mais tu sais comme le dis si bien l’expression : toutes les bonnes choses ont une fin.

Pour finir mon dernier mot était plaisant, car cela ne fait aucun doute toute la classe était ravie et investie pour cette rencontre. De plus c’est assez peu commun de rencontrer un jeune artiste qui vient nous parler de son parcours et qui nous parle de ses poèmes en personne, nous avons même pu lui poser des questions c’était chouette.

Avis général de la classe:

Certaines personnes ont aimé, d’autres un peu moins, quelques élèves ont avoué que cela les ennuyait, car ils ne s’intéressaient pas spécialement au thème de la poésie et nombreux sont ceux pour qui ce fut une réelle découverte.

Article rédigé le 1er avril 2020 par Bennani Kawtar

Jour 3 / Dag 3 –  Le concours de poésie (Kawtar)

Le concours de poésie:

Après la rencontre avec Mattijs Deraedt, notre professeure madame Buidin nous a demandé à tous d’écrire un poème avec des instructions et un but bien spécifique. Tout d’abord, nous pouvions écrire ce poème avec un binôme ou bien tout seul, les consignes étaient d’être créatif  et de parler du sujet que l’on veut et nous avions reçus une liste de mots ayant été désigné par des élèves de l’Institut Dominique Pire, nous devions en choisir 3 et les introduire dans notre poésie. Ces mots sont basés sur des principes fondamentaux comme par exemple : évolution, éducation, plaisir, amitié, apprentissage, découverte,…

Au début, un tas de questions trottaient dans nos têtes. Nous ne comprenions pas vraiment pourquoi il fallait introduire 3 de ces mots et pourquoi ce sont des élèves d’une autre école qui les ont choisis, … Ensuite les explications furent claires. Mattijs Deraedt et Gwyn Bouwman allaient lire nos poèmes et offrir des prix en fonction de leurs préférences et des différentes qualités que présentent les poèmes et les élèves de premières secondaires dans l’Institut Marie Pire allaient décerner des prix en fonction de différents critères : l’originalité, l’introduction de 3 mots de la liste, etc.

Durant cette semaine, chacun a laissé cours à son imagination, c’était le but et nous avons tous parlés de sujets assez différents. Celui qui m’a le plus fait rire dans ma classe, c’est  celui de Hanane et Aya leur thème était la nourriture et dans leur poème, elles parlaient de leur passion : la nourriture. J’en avais l’eau à la bouche. Ámer et Hicham quant à eux ont effectué un très beau travail de collaboration, cela les a d’avantage rapprochés.

Dans le but d’avoir un peu plus d‘avis variés sur ce concours de poésie, j’ai posé quelques questions à d’autres camarades.

K: Mathieu, t’es-tu découvert un talent de poète en participant à ce concours ?

M : Un talent de poète ! Euh, pas exactement parce que j’écris souvent des textes de différente nature. Je dirais que je me suis découvert autrement dans le sens où j’ai remarqué que j’avais moins d’inspiration que d’habitude et je me suis rendu compte que c’est le fait de savoir que mon texte sera lu et jugé qui m’ont laissé sur la retenue. Mais j’ai beaucoup apprécié le concept du concours, c’est une expérience novatrice, je ne l’avais jamais encore fait et voilà.

K: Aya, ce concours t’a-t-il permis de laisser libre cours à ton imagination et ta créativité ?

A : Bah bien sûr que j’ai laissé libre cours à mon imagination. En règle générale lorsque l’on entend des mots comme : concours, juges ou prix,  on se met vraiment la pression et on perd même parfois nos moyens et on ne sait pas quoi faire comme quand on est en examen et qu’on entend les mots : résultats, échecs, bilans, math on se met à paniquer. Personnellement de mon côté je ne l’ai pas trop pris à cœur dans le sens où je me suis dit de prendre du plaisir à faire ce poème avec mon binôme Hanane et de parler d’un sujet qui allait faire rire sans pour autant se prendre la tête.

K: Henriette, le fait que ton travail soit examiné par deux poètes et d’autres élèves inconnu t’as-il mit de la pression ou du stress ?

H : En fait sa fais un peu stresser, mais quand je stresse je ne perds pas les moyens. C’est plutôt le contraire, le stress et la pression ont des effets assez positifs sur moi cela me permet de me donner à 200 pourcents dans tous ce que j’entreprends, notamment le concours de poésie.

La rencontre avec les élèves de l’institut Dominique Pire:

Le mercredi 12 février 2020, nous sommes partis rendre visite aux élèves de première secondaire dans leur propre établissement scolaire : l’Institut Dominique Pire. Nous étions une douzaines d’élèves de diverses classes de  4ème.

Lorsque nous sommes arrivés à l’école deux élèves nous ont accueillis et nous ont conduit jusque dans un local ou nous attendaient des élèves et leur professeure de néerlandais madame Marielle Tagop.

Nous avons commencé par nous présenter un par un, les plus jeunes étaient sans doute assez intimidés par notre présence, ils n’osaient pas se présenter alors nous avons commencé pour les mettre un peu plus en confiance et cela à marché.

Ensuite, madame Buidin nous a proposé de faire un petit jeu assez ludique, qui nous a tous amusés et bien fait rire. Après cela, nous avons remarqué que les élèves de première étaient moins crispés, ils étaient tout de suite plus décontractés, ils communiquaient plus facilement.

Quelques élèves se sont portés volontaires pour présenter leur poème devant tout le monde. La classe des 4D ont fait des poèmes assez originaux, le groupe de Zineb, Marwa et Mohamed ont fait un poème musical basé sur le son de Heuss l’enfoiré, c’était très impressionnant et sans conteste ingénieux comme proposition.

Soufian lui aussi à fait un poème musical, cependant sur son propre son et le texte était assez touchant. Alina de 4A, quant à elle, a fait un très beau poème ayant fait l’unanimité auprès des professeurs et des élèves.

Après le passage des poèmes, madame Marielle Tagop  nous a annoncé qu’elle allait passer à la distribution des prix. Les prix étaient des présentoirs en bois confectionnée dans un atelier à Anderlecht. Il y’avait plusieurs prix dont : celui de la collaboration et du meilleur travail de groupe décerné à Amer et Hicham en 4C, le prix du poème le plus original décerné à Zineb, Mohamed et Marwa en 4D, le prix du plus beau poème décerné à Alina 4A, … Nous avons tous pris des photos des élus et de leur trophées et on a même pris une photo tous ensembles afin d’immortaliser ce moment de partage.  Pour finir nous nous sommes rejoints autour d’un buffet gentiment préparé par les élèves de première secondaire et nous sommes repartis.

Avis général:

D’un point de vue général, ce fut une expérience assez novatrice pour les plus petits comme pour les plus grands. Ce n’est pas très commun de partager un moment avec les plus petits, et de leur monter que le néerlandais n’est pas qu’une langue compliquée à apprendre mais c’est aussi une langue que l’on peut découvrir sous différents aspects moins pénibles qu’un livre ou qu’un exercice de conjugaison comme par exemple : la poésie, le jeu ou la chanson. C’était un moment de partage assez agréable avec des personnes très sympathiques.

Suite:

Quelques semaines plus tard, nous avons reçu le verdict final de Gwyn Bouwman et de  Mattijs Deraedt. Madame Buidin s’est chargée de distribuer les prix : Amer et Hicham ont reçu  2 prix pour les coups de cœurs de Gwyn Bouwman et Mattijs Deraedt, Aya et Hanane ont aussi reçu le prix du coup de cœur de Gwyn Bouwman et le prix du meilleur poème des 4C fut décerné à Kawtar (moi).

 

 

Lees hier deel twee van de poëzie-week

Lisez la deuxième partie de la semaine de la poésie ici

One comment

  1. Très inspirant. Merci pour ce partage d’expériences et d’émotions. L’auteur Madame Tagop doit être une personne assez spéciale. Tout mes encouragements à toute l’équipe Teach For Belgium!

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s